Analyse #33 - Marc Sinnaeve - La participation invisible du grand orchestre médiatique (VIII) - L’événement médiatique et l’ordre des choses

L'approche événementielle de l'information est considérée, plus que jamais, par les professionnels comme l'essence même du journalisme. Parmi la multitude de faits sociaux susceptibles de construire l'actualité du jour, priorité est donnée à ceux qui sont dans le temps court du présent immédiat : les réalités du moment qui sont ce que Balzac, déjà, appelait « les bâtons flottants de l'actualité ». Ils sont la matière première du journalisme : « L'événement apparaît ainsi comme le principal, sinon l'unique, mode d'accès du journalisme à la réalité sociale », note Thomas Ferenczi. Son traitement, à chaud, constitue, aux yeux de beaucoup de professionnels, le paradigme par excellence du métier d'informer. Il correspond même, peut-on dire, à une sorte d'excitation ou de jouissance journalistique de la réactivité dans l'instant. Qu'un « gros » événement se produise, et c'est le taux d'adrénaline de l'ensemble des rédactions concernées qui monte en flèche. Mais qu'est-ce au fond qu'un événement ? Dans le schéma journalistique, c'est ce qui fait, plus ou moins, rupture, ce qui dérange l'ordre – jugé – normal

 

Une analyse de Marc Sinnaeve, Professeur de journalisme et Militnant PAC

 

Télécharger l'analyse

Inscrivez-vous à notre newsletter

Réseaux Sociaux

Nous contacter

Présence et Action Culturelles
Rue Lambert Crickx 5
1070 BRUXELLES

02 545 79 11
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.