« Quel avenir pour l'éducation populaire ? » Cette question fréquemment posée suppose de s'arrêter sur l'ambiguïté du terme : qu'entend on par « éducation populaire » au juste ?

 

Une analyse de Franck Lepage, fondateur de la coopérative d'éducation populaire Le Pavé

 

Télécharger l'analyse

Cette séquence de Points de Vue est consacrée à l'objection de croissance au travers de mon imaginaire intellectuel et des pratiques politiques qui s'organisent progressivement dans mon pays. Ces textes sont par essence subjectifs et par volonté militants car ils traduisent un courant de pensées et d'actions que je crois novateur, voire d'une réelle portée historique. Mais ils s'inscrivent aussi dans une perspective critique. Les ambitions de ce mouvement sont élevées mais difficiles car elles rompent avec une dominance mentale et un paradigme de développement qui nous imprègnent depuis plus de deux siècles. Elles visent, selon l'expression de Michel Serres à propos de la philosophie, à anticiper la civilisation à venir.

 

Une analyse de Jean Cornil, Essayiste

 

Télécharger l'analyse

Dans le cadre de l'année européenne de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale, il nous semblait important d'aborder la question de la place de la femme dans la société actuelle. La crise aidant, les femmes se retrouvent bien souvent devant des situations difficilement gérables. Le moindre « couac » les conduit vers une précarité psychologique et financière. L'égalité des genres est loin d'être acquise, même si les avancées sont réelles. Développer une prise de conscience collective sur cette précarité que rencontrent certains femmes au quotidien pour des raisons qui sont de plusieurs natures n'est certes pas chose vaine auprès de la gente masculine (employeurs, politiques, compagnons, pères etc.) Exercice d'analyse des femmes au féminin pluriel sur fond de crise actuelle.

 

Une analyse de Sabine Beaucamp, Conseillère en Editions chez Présence et Action Culturelles

 

Télécharger l'analyse

L’installation des outils de télésurveillance dans les espaces publics – et dont les caméras représentent l’exemple le plus emblématique – a cru en même temps que le concept médiatico-politique de « l’insécurité » dans notre paysage mental. Les caméras suscitent des discours qui vont du refus pour les « antis » à l’adhésion enthousiaste pour les « pros ». Les premiers pointant les risques d’atteintes, ou les atteintes déjà avérées, aux libertés publiques, les seconds la nécessité de combattre une criminalité galopante désormais érigée en « première des libertés ». Au delà de ce débat, il est intéressant d’aborder certaines évolutions sociales qui ont rendu possible l’adoption croissante de ces moyens comme réponse à la criminalité et de mettre en perspective ce dispositif par les effets sociaux non-prévus qu’il peut provoquer.

 

Une analyse d'Aurélien Berthier, Rédacteur en Ched d'Agir par la Culture

 

Télécharger l'analyse

Les migrants de l'environnement seront dans un futur proche de plus en plus nombreux à errer sur les routes. Même si leurs déplacements se font autant que possible dans des paysproches, même voisins, ce n'est pas la règle absolue. Exodes des campagnes, déforestation, accidents industriels, désertification qui entraîne une privation des moyens de subsistance en sont les causes principales. Ces peuples migrants sont tantôt évacués dans la précipitation, tantôt hésitant quant à l'exil, au franchissement des frontières tantôt soumis à la décision périlleuse de rester à l'intérieur de leur pays. Ils ont pourtant tous un seul point commun : la dépendance quant aux dégradations, aux caprices de leur environnement. Leur statut juridique en tant que migrant est inexistant actuellement. L'heure est venue de chercher des solutions pour pallier ce grave manquement, ce phénomène grandissant.

 

Une analyse de Sabine Beaucamp, Conseillère en édition chez Présence et Action Culturelles

 

Télécharger l'analyse

Comment définir le plus judicieusement possible le livre électronique, ce ne sont pas les appellations qui manquent : Ainsi, « livrel » (mot-valise), « livre numérique », ou « livre bibliothèque » sont les traductions françaises des termes anglais « electronic book ou « e-book » proposées par le grand dictionnaire terminologique de l'office québécois de la langue française. Ces mots désignent aussi bien le contenu (le texte en lui-même) que le contenant (l'appareil physique support permettant de visualiser le contenu)(1). Mais depuis le temps que l'on en parle où en est-on à l'entame de cette nouvelle décennie ? Avant même l'apparition d'Internet, en 1971 Michaël Hart créa le projet Gutenberg dont le but était de numériser les livres. Ainsi son premier livre numérisé ne fut autre que la Déclaration d'indépendance des Etats-Unis (2) le tout contenu dans un fichier de 5Ko

 

Une analyse de Sabine Beaucamp, Conseillère en édition chez Présence et Action Culturelles

 

Télécharger l'analyse

Inscrivez-vous à notre newsletter

Réseaux Sociaux

Nous contacter

Présence et Action Culturelles
Rue Lambert Crickx 5
1070 BRUXELLES

02 545 79 11
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.