Analyse #31 - Nadège Albaret - G1.000, un pas audacieux vers une démocratie participative

Le G 1000 ? Une idée folle ! Réunir 1000 citoyens le temps d'une journée pour débattre de la démocratie en Europe ! « Pour reconnecter les citoyens avec le processus de décision politique ». 1 Dès le lancement de l'initiative, je m'étais inscrite pour participer d'une manière ou d'une autre à cet événement. Et quand s'est offerte la possibilité d'organiser un G off « à la maison », en parallèle à l'organisation générale, je me suis lancée.

Avec la complicité de quelques-unes de mes collègues et du Centre culturel de ma commune, nous avons organisé un G off à Berchem-Sainte-Agathe. Au fur et à mesure de discussions, d'écoute d'émissions radiophoniques, ma fougue rencontra son lot de désenchanteurs : est-ce bien malin de laisser la parole à des citoyens non éclairés ? Quel résultat peut émerger d'une seule journée de débat sur des sujets aussi difficiles ? Aborder un thème comme l'immigration ne va-t-il pas ouvrir la porte à des propos populistes ? Ce processus visant la démocratie participative ne repose-t-il paradoxalement pas sur des méthodes de marketing et de management classiques ? Les politiques ne risquent-ils pas de récupérer des propos simplistes en invoquant le bon sens du citoyen expert ? Mais où sont les associations fédératrices, les mouvements sociaux, le tissu associatif et culturel dans le débat ? Le G 1000 pense-t-il vraiment faire de la politique ?

 

Une analyse de Nadège Albaret, Coordinatrice des Commissions de Politiques Culturelles

 

Télécharger l'analyse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Inscrivez-vous à notre newsletter

Réseaux Sociaux

Nous contacter

Présence et Action Culturelles
Rue Lambert Crickx 5
1070 BRUXELLES

02 545 79 11
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.