Analyse#27 - Jean Cornil - Dieu derrière l'Etat ?

jean-cornilNous traversons une époque qui, à en croire certaines analyses, nous a définitivement émancipé des traditions religieuses et de la pesanteur du transcendant. Notre siècle n’est qu’une étape de plus de la longue marche de l’Histoire vers la sécularisation. Séparation du sacré et du profane. Triomphe de la laïcité comme césure entre l’Eglise et l’Etat. « Rendons à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ». Pourtant, à y regarder de plus près, la relation entre religion et politique, et je n’évoque ici que l’Europe, apparait beaucoup plus complexe qu’un premier regard ou qu’une analyse superficielle pourrait le laisser penser. Certes, les querelles du sacré et du profane ressurgissent périodiquement dans la sphère politique, à propos de tel ou tel enjeu relatif aux mœurs, l’euthanasie, le mariage entre homosexuels, les cours de philosophie, le port du voile, le menu des cantines scolaires ou les jours fériés. A chacun alors de baliser le débat selon ses convictions quant à l’empiètement spirituel de l’espace public. Les termes de cette opposition inondent les médias et les blogs, de la réaction primaire au point de vue circonstancié.

 

Une analyse de Jean Cornil - Essayiste

 

Télécharger l'analyse

Inscrivez-vous à notre newsletter

Réseaux Sociaux

Nous contacter

Présence et Action Culturelles
Rue Lambert Crickx 5
1070 BRUXELLES

02 545 79 11
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.