jean-cornilLes commémorations de la Première Guerre Mondiale ont commencé dans le recueillement, le souvenir, la dignité, la nation réconciliée pour un temps dans la mémoire de cette boucherie universelle. Chacun a étudié, en principe, cet impitoyable engrenage qui commence en 1903 par un sanguinaire coup d’État en Serbie pour aboutir à l’assassinat à Sarajevo par un nationaliste, Gravilo Princip, de l’archiduc héritier du trône d’Autriche-Hongrie, François-Ferdinand. Puis qui, par une mécanique infernale de jeux d’alliance entre les puissances européennes, conduit droit à la guerre dès les premiers jours d’août 1914. Malgré les tentatives de stopper la marche vers le gouffre, celui qui essaiera de faire barrage à l’horreur sera assassiné le 31 juillet 1914. Jean Jaurès tombe sous les balles de Raoul Vilain à Paris au café du Croissant.

jamarDepuis le milieu des années 90, se développe, à Bruxelles, une série d’actions culturelles ou artistiques formant un ensemble qui s’articule à un discours d’ordre politique sur la ville. Nous allons ici présenter quelques éléments permettant de comprendre le mode de structuration en milieu de ces actions ainsi que les menaces auxquelles elles font face. « Des tournesols plantés en plein quartier européen. Des artistes-chômeurs établis dans un bureau de pointage. Du cinéma dans des friches urbaines. Des manifs musicales qui déboulent dans les rues.Des communautés diverses qui font vivre leur propre outil d’expression sur les ondes hertziennes. Des usagers des transports en commun qui pensent faire fonctionner leur propre bus à l’huile de colza. En ville, les modes d’intervention dans l’espace public se diversifient. Une émulsion foisonnante de pratiques à la limite entre la création artistique et l’engagement politique… » .

moritzArchitecte, professeur à l’ULB, Benoit Moritz organise aussi des tours dans le quartier européen qu’il connaît très bien, pour montrer les aberrations et les espoirs d’un quartier qui, loin de refléter les rêves de démocraties d’un continent, se donne à voir comme un espace à défendre, une zone à sécuriser où rien n’est pensé pour accueillir le citoyen que ces institutions sont pourtant censées représenter.

daniel adamLe théâtre invisible est une vieille blague d’interventionnistes théâtraux. Si vous n’avez pas vu notre prestation de théâtre invisible c’est qu’elle était vraiment bien ! Plus sérieusement, le théâtre d’intervention, l’agit-prop, le théâtre de rue, autant de définitions qui racontent des approches, souvent idéologiques, différentes. Les déclinaisons sont nombreuses et flirtent avec la réalité, la peur, ou la politique-fiction. Comme dans les autres expressions artistiques, il ne s’agit pas seulement de fabriquer un objet culturel, encore faut-il que celui-ci soit compris.

sinnaeveLoi de l’audience et des parts de marché oblige, le fait d’actualité médiatique en arrive à être conçu et formaté moins pour la pertinence sociale de son contenu qu’au service de sa force de frappe. Et de ses effets de sidération. Il anesthésie le réel. Et chloroforme notre capacité d’empathie. Le déploiement d’indignation « humanitaire » devant le spectacle désolant des naufragés de Malte ou de Lampedusa, a permis de ne pas réduire ces femmes, ces hommes et ces enfants engagés sur les mers de l’exil à de simples statistiques supplémentaires de l’instabilité du monde.

jean-cornilDeux mutations culturelles décisives. Le passage du néolithique, de « l’agriculture à la culture » pour faire une formule. Puis la Renaissance qui par « La galaxie Gutenberg » inaugure la marche vers les grands concepts de la modernité en plaçant l’homme au centre du monde et non plus Dieu. Le glissement de la logosphère à la graphosphère pour reprendre la terminologie de Régis Debray. Par cette évolution, de l’écriture à l’imprimerie, c’est une totale transformation qui s’opère dans toute la symbolique et l’imaginaire européens.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Réseaux Sociaux

Nous contacter

Présence et Action Culturelles
Rue Lambert Crickx 5
1070 BRUXELLES

02 545 79 11
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.