Analyse #30 - Benoît Moritz - L'Europe un peu trop sur la défensive...

moritzArchitecte, professeur à l’ULB, Benoit Moritz organise aussi des tours dans le quartier européen qu’il connaît très bien, pour montrer les aberrations et les espoirs d’un quartier qui, loin de refléter les rêves de démocraties d’un continent, se donne à voir comme un espace à défendre, une zone à sécuriser où rien n’est pensé pour accueillir le citoyen que ces institutions sont pourtant censées représenter.

 

 

On considère souvent les institutions européennes comme une évidence, qu’elles ont toujours été là. Dans le fond, pourquoi les institutions européennes se sont installées à Bruxelles ?


Je dirais que très concrètement physiquement, c’est les années 50 où a eu lieu une tentative d’organiser leur implantation pour des questions très pragmatiques, ça se passera à côté du rond-point Schuman, parce qu’il y a là des bureaux et des bâtiments qui sont libres. Mais intellectuellement, c’était une idée qui était présente dans l’esprit des élites politiques belges depuis la fin du 19ème siècle - début 20ème siècle. Dès le 19ème siècle, Léopold II rêve de faire de Bruxelles une ville mondiale. C’est à mettre en parallèle avec son esprit colonialiste, il veut rendre Bruxelles aussi intéressante et attractive pour les intellectuels d’Europe que Paris. Il y a cette idée dans les milieux intellectuels et politiques belges qu’il faut d’une manière ou d’une autre donner une dimension internationale. La construction européenne est l’occasion de rencontrer cet objectif. Il y a une très grande convergence de vue au niveau politique au début des années 50 pour accueillir d’une manière ou d’une autre les institutions européennes à Bruxelles.

 

Propos recueillis par Aurélien Berthier, Rédacteur en Chef d'Agir par la Culture

 

Télécharger l'analyse

Inscrivez-vous à notre newsletter

Réseaux Sociaux

Nous contacter

Présence et Action Culturelles
Rue Lambert Crickx 5
1070 BRUXELLES

02 545 79 11
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.