jean-cornilLes commémorations de la Première Guerre Mondiale ont commencé dans le recueillement, le souvenir, la dignité, la nation réconciliée pour un temps dans la mémoire de cette boucherie universelle. Chacun a étudié, en principe, cet impitoyable engrenage qui commence en 1903 par un sanguinaire coup d’État en Serbie pour aboutir à l’assassinat à Sarajevo par un nationaliste, Gravilo Princip, de l’archiduc héritier du trône d’Autriche-Hongrie, François-Ferdinand. Puis qui, par une mécanique infernale de jeux d’alliance entre les puissances européennes, conduit droit à la guerre dès les premiers jours d’août 1914. Malgré les tentatives de stopper la marche vers le gouffre, celui qui essaiera de faire barrage à l’horreur sera assassiné le 31 juillet 1914. Jean Jaurès tombe sous les balles de Raoul Vilain à Paris au café du Croissant.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Réseaux Sociaux

Nous contacter

Présence et Action Culturelles
Rue Lambert Crickx 5
1070 BRUXELLES

02 545 79 11
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.