daniel adamLe théâtre invisible est une vieille blague d’interventionnistes théâtraux. Si vous n’avez pas vu notre prestation de théâtre invisible c’est qu’elle était vraiment bien ! Plus sérieusement, le théâtre d’intervention, l’agit-prop, le théâtre de rue, autant de définitions qui racontent des approches, souvent idéologiques, différentes. Les déclinaisons sont nombreuses et flirtent avec la réalité, la peur, ou la politique-fiction. Comme dans les autres expressions artistiques, il ne s’agit pas seulement de fabriquer un objet culturel, encore faut-il que celui-ci soit compris.

jamarDepuis le milieu des années 90, se développe, à Bruxelles, une série d’actions culturelles ou artistiques formant un ensemble qui s’articule à un discours d’ordre politique sur la ville. Nous allons ici présenter quelques éléments permettant de comprendre le mode de structuration en milieu de ces actions ainsi que les menaces auxquelles elles font face. « Des tournesols plantés en plein quartier européen. Des artistes-chômeurs établis dans un bureau de pointage. Du cinéma dans des friches urbaines. Des manifs musicales qui déboulent dans les rues.Des communautés diverses qui font vivre leur propre outil d’expression sur les ondes hertziennes. Des usagers des transports en commun qui pensent faire fonctionner leur propre bus à l’huile de colza. En ville, les modes d’intervention dans l’espace public se diversifient. Une émulsion foisonnante de pratiques à la limite entre la création artistique et l’engagement politique… » .

sinnaeveDe la Déclaration de Philadelphie au Pacte social belge, un consensus se fait jour, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, autour de l’idée d’une société nouvelle qui serait plus égalitaire, ou moins injuste. Une nouvelle hiérarchie préside aux rapports entre l’économique et la société. Tandis qu’une nouvelle perspective s’ouvre à la classe ouvrière : celle de son propre avenir. En Belgique, ce sont les forces politiques et sociales de la gauche socialiste et chrétienne principalement qui seront parties prenantes du compromis politique d’après-guerre. Si elles sont bien présentes et agissantes au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les forces communistes ou de gauche radicale restent minoritaires, divisées et peu enclines au compromis qui voit émerger le Pacte social de 1944. Car, il s’agit bien, on l’a dit, d’un compromis politique global sur l’approfondissement de la démocratie par le biais des droits sociaux et économiques. 

Inscrivez-vous à notre newsletter

Réseaux Sociaux

Nous contacter

Présence et Action Culturelles
Rue Lambert Crickx 5
1070 BRUXELLES

02 545 79 11
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.