Analyse #29 - Marc Sinnaeve - Le trabant du reportage de grève

marcsLe traitement médiatique du mouvement social trahirait-il une volonté de disqualifier l'action syndicale ? Non. L'éthique professionnelle est respectée. Les points de vue des divers acteurs trouvent à s'exprimer. Les discours des uns et des autres sont interrogés, confrontés. Pourquoi, alors, cette impression lancinante, dans les rangs de la mobilisation sociale au moins, d'un déséquilibre, d'un parti-pris antisyndical ou antigrève ? Plus que dans les énoncés et les contenus, c'est dans les cadrages de l'information qu'il faut chercher une possible réponse.

Par cadrage, il faut comprendre les cadres d'interprétation du réel que mobilisent les professionnels de l'information, le plus souvent sans s'en rendre compte, pour opérer le traitement de l'actualité, et, de la sorte, en faire émerger le sens. Ou, du moins, un certain sens... Dans le jargon, on parle de la manière d'angler un sujet. L'exercice, on le comprend, est toujours réducteur, même s'il est nécessaire : on ne peut pas rendre compte de façon exhaustive d'une réalité, toujours complexe, dans un seul sujet. Informer, c'est renoncer, dit l'adage professionnel. Il est donc normal qu'une partie du réel échappe au compte-rendu journalistique. Là n'est, donc, pas le problème.

 

Une analyse de Marc Sinnaeve, Professeur de journalisme à l'IHECS et militant PAC

Télécharger l'analyse

Inscrivez-vous à notre newsletter

Réseaux Sociaux

Nous contacter

Présence et Action Culturelles
Rue Lambert Crickx 5
1070 BRUXELLES

02 545 79 11
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.