Analyse #31 - François Sarramagnan - Des colonies israéliennes qui favorisent la paix ?

sarramagnanDébut 2014, Scarlett Johansson était sous le feu des critiques pour avoir accepté de prêter son image à SodaStream, une entreprise israélienne de gazéification de boissons dont l'usine est située dans une colonie israélienne en Palestine occupée. De nombreuses ONG ainsi que la société civile palestinienne ont condamné le choix de l'actrice américaine, le jugeant incompatible avec son statut d'ambassadrice d'Oxfam. Celle-ci s'est justifiée en affirmant que la société israélienne oeuvrait à la « construction de ponts pour la paix entre Israël et la Palestine, en soutenant le « vivre ensemble » dans le monde du travail, et en offrant des salaires, des avantages et des droits égaux ». Alors qu'elle a décidé de mettre un terme à ses fonctions pour Oxfam International, qu'en est-il vraiment ? Les Palestiniens ne bénéficient-ils pas de ces opportunités de travail dans les colonies israéliennes ? Les colonies constituent-elles un véritable obstacle à la paix ?

Tout d'abord, il est important de rappeler que depuis la guerre de 1967, Israël poursuit une politique d'accaparement des terres palestiniennes et que les colonies qu'il y construit sont illégales au regard du droit international. Les territoires colonisés concentrent la majeure partie des terres cultivables, des réserves en eau et autres ressources naturelles. L'impossibilité pour la Palestine d'y déployer des activités économiques entraîne, selon la Banque mondiale, un manque à gagner d'environ 3,4 milliards de dollars, soit 85% du PIB palestinien.

 

Une analyse de François Sarramagnan, Militant PAC, Partenariat Proche-Orient et Sénégal - Solidarité Socialiste

Télécharger l'analyse

Inscrivez-vous à notre newsletter

Réseaux Sociaux

Nous contacter

Présence et Action Culturelles
Rue Lambert Crickx 5
1070 BRUXELLES

02 545 79 11
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.