Analyse #32 - Sabine Beaucamp - Cohabiter : une expérience collective vers d'autres possibles

sabineAu travers de formes très diversifiées en Europe mais qui ont tendance à s'homogénéiser, chacun espère un « vrai habitat ». Ce mot a d'abord relevé du registre botanique et zoologique désignant un milieu de vie adapté à l'animal ou au végétal(1), avant de s'étendre à l'habitat humain. Aujourd'hui, la difficulté de l'homme à rechercher un chez-soi est confronté, à l'heure de l'urbanisation généralisée, à de nouvelles complexités. A la constatation que la pratique des espaces urbains amène à se déconnecter physiquement du lieu de résidence, s'ajoute celle de l'importance des relations aux alentours. Face à des situations qui se généralisent de travail ou de loisirs largement éclatées dans l'espace géographique, de nouvelles formes d'inscription dans le quartier, le voisinage, reprennent vigueur.

Les paysages, ruraux ou urbains, qui se sont constitués au fil des âges jusqu'à nos jours, l'ont toujours été en liaison avec les pratiques indissociablement corrélées à la rencontre complexe de l'homme avec son milieu. Dans les territoires ainsi produits et transformés en fonction de préoccupations à la fois environnementales, sociales, économiques et culturelles, les aménagements tendent de s'ajuster localement à l'existence et à l'histoire des habitants. L'architecture et la ville peuvent ainsi prendre soin des fragilités, des craintes, des aspirations et de la singularité des lieux ou au contraire les ignorer et refuser tout lien ou toute autre mesure commune en rompant avec les situations habitantes et les mémoires collectives.

 

Une analyse de Sabine Beaucamp, Conseillère en édition chez Présence et Action Culturelles

Télécharger l'analyse

Inscrivez-vous à notre newsletter

Réseaux Sociaux

Nous contacter

Présence et Action Culturelles
Rue Lambert Crickx 5
1070 BRUXELLES

02 545 79 11
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.