L’institution bancaire telle que nous la connaissons aujourd’hui n’a pas toujours opéré et été bâtie sur le même modèle. La banque universelle, cumulant le métier bancaire de base de la banque de dépôt et les activités sur les marchés financiers, exercées auparavant par les banques d’affaires et d’investissement, est un modèle récent, inspiré de l’exemple allemand. Il n’a été adopté en Belgique qu’en 1993, après presque 60 ans de séparation bancaire. Or si ces banques universelles nous paraissent être aujourd’hui la norme, de nombreuses voix s’élèvent pour en souligner les inconvénients, voire les dangers.

Faut-il le rappeler ? La situation économique dite de « crise » que nous connaissons actuellement a été déclenchée par une crise bancaire, sans commune mesure depuis le krach boursier des années 1930, et non, comme on veut encore (trop) souvent nous le faire croire, par une crise de l’État social ou de l’État providence qui aurait dépensé au-dessus de ses moyens. Et pourtant, au vu des mesures de rigueur budgétaire prises par nos gouvernements ces dernières années, il transparaît que nous nous trompons encore trop largement d’ennemi. Ainsi le rappelle le collectif Roosevelt : sans juste diagnostic, on ne peut appliquer les justes remèdes.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Réseaux Sociaux

Nous contacter

Présence et Action Culturelles
Rue Lambert Crickx 5
1070 BRUXELLES

02 545 79 11
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.