marc2Les nouveaux dirigeants du gouvernement d’Athènes n’ont pas renversé la table de la zone euro. Mais en revenant s’y asseoir, d’autorité, comme partenaires de plein droit, et plus comme obligés, ils ont dévoilé les règles du jeu qui s’y joue… d’ordinaire derrière des portes fermées. Le nom du jeu : ordolibéralisme. Késako ?

sabineLe crowdfunding (ou « le financement participatif ») s’est considérablement développé ces dix dernières années. Kisskissbankbank, Ullule, MyMajorCompany…sont les noms de quelques-unes des nombreuses plateformes, sur Internet, qui permettent aux internautes de participer, par de petites sommes d’argent, au financement d’un projet culturel et de le faire aboutir. S’il ne s’agit pas toujours de mécénat ou de don au sens strict, cette forme de financement de la culture semble devenue incontournable aujourd’hui. En résumé, le financement participatif englobe une expression contenant tous les outils et méthodes de transactions financières faisant appel à un grand nombre de personnes pour financer et soutenir un projet. S’interroger sur les avantages et les risques de ce financement est l’objectif de cette analyse.

bodinauxDepuis la fin de la Guerre Froide, l'Afrique centrale connait des conflits internes et régionaux récurrents : le génocide au Rwanda en 1994, la guerre civile au Burundi (1993-2000), les guerres de 1996-1997 et de 1998-2002 en République Démocratique du Congo (RDC). Les causes de ces guerres sont multiples : d'une part, la fragilité des Etats, et une faible gouvernance, de l'autre des ressources naturelles abondantes qui attisent les convoitises non seulement de la part des Etats concernés, mais aussi d'une série d'autres intervenants nationaux et étrangers, Etats et secteur privé confondus.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Réseaux Sociaux

Nous contacter

Présence et Action Culturelles
Rue Lambert Crickx 5
1070 BRUXELLES

02 545 79 11
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.