Si l’on s’en réfère au livre « Le développement durable expliqué aux enfants », la définition de l’habitat mitoyen est on ne peut plus claire : « ... c’est quand les maisons sont collées les unes aux autres, contrairement aux villas quatre façades séparées par un jardin ». Ce type d’habitat est issu du Moyen Âge, période considérée comme celle de l’essor des villes. Il est d’évidence le seul moyen de loger une population de plus en plus dense dans un périmètre étroit, protégée de l’insécurité ambiante par des enceintes fortifiées. Et le nombre de désagréments que la promiscuité de ces logis entraîne à l’époque n’en a pas pour autant remis l’usage en question.

Alors que les éco-quartiers semblent avoir tous les atouts pour participer au développement durable de notre habitat, ils sont loin d’être généralisés et ceux qui existent ne sont pas exempts de critiques. Il n’y a pas de définition précise de l’éco-quartier ou éco-quartier dont on préfèrera ici la première formulation.

pontegniesInitialement publié en 2011, le « Livre Blanc sur les transports » de la Commission européenne est intitulé : « Feuille de route pour un espace européen unique des transports - vers un système de transport compétitif et économe en ressources ». Dans un fouillis relativement inextricable d’affirmations, d’objectifs ou de « visions », il cherche à concilier « croissance » et « réduction » (en l’espèce, des nuisances environnementales) : une tâche… difficile. Dans le cadre d’une série de mises en oeuvre concrètes de la « vision » de la Commission en matière de transports et en lien avec ses préoccupations climatiques, PAC consacre la présente analyse à cet opus.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Réseaux Sociaux

Nous contacter

Présence et Action Culturelles
Rue Lambert Crickx 5
1070 BRUXELLES

02 545 79 11
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.